Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
3 juillet 2009 5 03 /07 /juillet /2009 22:14
Ce Sanransot m'avait épaté dans un millésime 1999 fort réussi. Ce 2001 est ouvert sans ambages: aucune aération ni autre précaution. Est-ce la raison de cette déception ? Le vin semble carrément fermé. S'il était à attendre, eh bien ! C'est trop tard :) En plus c'était la dernière. POur la photo de la bouteille voir l'article précédent.
Repost 0
3 juillet 2009 5 03 /07 /juillet /2009 22:03
Pierre qui réside souvent dans ce secteur nous fait encore découvrir un Summolaco 2003 (cave des Dolomites). C'est la version riserva qu'il nous a réservé. Ce vin de cabernet est bien concentré avec ses fruits rouges. Il est souple et le boisé est correctement intégré.

On ne peut pas en dire autant du Fojaneghe 2003: A mon gout son boisé écrase tout sur son passage; peut-etre une garde supplémentaire aurait raison de ce fougueux boisé. En tout cas, il a la préférence de ces dames...


Repost 0
3 juillet 2009 5 03 /07 /juillet /2009 06:59
On s'imagine toujours le Beaujolais Village comme un vin dénué de complexité...Voilà que ce Clos du Perpetuant 2006 de chez Curial (la dénomination Château Prety n'est là que pour l'export vers les States car nos amis aiment à lire "Château" sur l'étiquette d'un vin français) vient démontrer que l'on peut faire du costaud en appellation BV.

Outre une bouteille lourde, ce vin laisse apparaître des notes poivrées en finale typique du millésime mais surtout d'un terroir spécifique.



Le second vin est un Cabernet Fuggè. Mes connaissances en vin italien sont très limitées. Pierre a ramené cette bouteille de chez G.POLI. Un millésime 1999 qui présente un disque d'évolution typique. En bouche, c'est un étonnant sureau qui ressort, et fait office de note tertiaire atypique majeure. Le vin est harmonieux et vraiment très agréable à boire. Il est loin d'être standard et c'est tout le bonheur de cette découverte pour moi malgré un élevage en barrique qui n'a donc été que bénéfique.

Il existe donc de  belles pépites dans les Dolomites !
Repost 0
1 juillet 2009 3 01 /07 /juillet /2009 22:07
Séduisante étiquette pour ce cru qui fait partie de la sélection de vin-malin.com. Du domaine Cheze, ce Saint-Joseph 2006 Ro Rée nécessite une aération conséquente. Rien qu'en une heure de temps, il passe du stade de très fermé à un vin marqué par l'élevage mais aussi par une matière réelle, dense sur les petits fruits rouges et les épices. Un vin relativement standard qui aura sans doute ses affiniados.

Ce vin est disponible sur vin-malin.com.
Repost 0
30 juin 2009 2 30 /06 /juin /2009 21:07
Mon PC a connu quelques soucis, mais me voilà de retour pour vous conter sous peu un week-end où de belles dégustations eurent lieu avec environ 15 bouteilles bues.

Je remercie déjà Pierre pour m'avoir fait découvrir quelques crus fort intéressants en provenance des Dolomites.

Le temps de récupérer les photos et les articles seront en ligne encore avant mon départ pour la Crète qui révèle aussi quelques trésors viticoles trop méconnus !

Merci aussi à Fred pour le champ' et l'hébergement !
Repost 0
21 juin 2009 7 21 /06 /juin /2009 19:00
Côtes de Provence – Bio – Domaine de la Courtarde – Ile de Porquerolles – 2004:

 Avec 95% de Mourvèdre et 5% de Syrah, ce vin est le vaisseau amiral du domaine de la Courtade géré par un vigneron alsacien.

Ce produit bio est vendu 19€.

Le vin est un peu en manque de matière et avec une acidité que je trouve légèrement trop prononcée.

 Seule la finale qui affiche une belle complexité sauve la mise de ce vin déjà évolué : bouchon de qualité et belle bouteille me laisse penser que soit ses conditions de conservation n’étaient pas optimales (pourtant achetée chez le caviste) soit il n’est pas de garde.

Je suis un peu déçu (surtout quand on connaît le rosé cuvée Alycastre très bien fait) et à ce prix là, c’est certain, je n’en reprendrai pas.
Repost 0
18 juin 2009 4 18 /06 /juin /2009 20:07
Cépages : voir photo
 Rendement : voir photo


 Robe : sombre comme de bien entendu
Nez : Gourmand, déjà, il annonce la couleur. Sur le fruit, la cerise griotte est presque explosive ! L’alcool ressort largement : 14,5°c au compteur oblige !

 Bouche : un vin qui m’apparaît comme moderne. Ce n’est plus chez moi un signe négatif. Je le bois avec mon beau-frère, plus jeune que moi qui l’adore. Il est séduisant rond et puissant sur le fruit. La cerise griotte est explosive. Le fruité omniprésent et le boisé à peine perceptible mais il arrondit les angles. Le vin est jeune mais très agréable à boire.

En fait je pensais à le qualifier de délicieux mais je crois que c’est le terme gourmand qui doit le résumer. Point de complexité mais le pur plaisir de boire ce cru. Ce n'est pas le but ultime en vin, mais il faut dire que c'est vraiment un vin gourmand et de gourmand :)

Et à noter l'élégance des étiquettes tant au toucher qu'au rendu graphique ainsi que la forme discrète d'amphore de la bouteille !

Il est en vente sur www.vin-malin.com et franchement recommandable !

Repost 0
15 juin 2009 1 15 /06 /juin /2009 21:00


Voici encore un rosé alsacien qui offre une belle petite complexité. De l'alcool, il y en a sans aucun doute. Cela lui permet d'offrir le cortège chéri du rosé: framboise notamment mais rose aussi et divers petits fruits rouges avec une longueur non négligeable par rapport à d'autres crus. Et n'ayons pas peur de dire qu'en 2009, on peut boire du bon rosé en Alsace en témoigne ce vin.A l’aveugle, je ne suis pas sûr qu’il se démarque tant que cela de certains Provence...Si j'avais la foi médiatique, je dirai que c'est bien entendu un effet immédiat du réchauffement climatique.

Mais en réalité, il ne s'agit que des progrès technique d'une vinification(?) aboutie.
Repost 0
15 juin 2009 1 15 /06 /juin /2009 20:57


De couleur pâle,   ce Gewurz exubérant de fraîcheur et de fruité mêlés se boit avec un réel plaisir ; la palette aromatique est vaste et complexe à l’image d’un arc-en-ciel qui balaie une bonne partie du spectre des saveurs que peuvent revêtir ce cépage. La pointe d'acidité finale est bienvenue.


Repost 0
12 juin 2009 5 12 /06 /juin /2009 21:06
Depuis quelques années (environ 3 ou 4 à ma connaissance), l'Alsace s'est mise au rosé avec son cépage Pinot Noir.

Je vous propose de déguster en ce jour un Pinot Noir Alsace Rosé de chez G.RUHLMANN de SCHERWILLER, commune plutôt connue pour son RIESLING.

Cependant, ce rosé est fort digeste et buvable avec une grande fraîcheur: l'attaque est très framboise puis après on arrive vite sur la pétale légère de rose et un peu de grenadine avec une fine acidité finale. Cette même finale qu'on pourra juger un peu raide et courte. Mais cela est compatible avec la grande buvabilité du vin qui titre 11,5%. Un vin qui n'a pas la complexité de certains rosés provençaux mais qui a pour avantage de se boire avec plaisir et simplement. Après tout, c'est bien ce qu'on demande à un vin de barbecue ! :)

Repost 0