Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
8 février 2009 7 08 /02 /février /2009 19:13
1997, année "sucrée" s'il en est...Ce Tokay, j'en attendais beaucoup...La robe est discrètement dorée, le nez est sur les agrumes et les fruits jaunes.

En bouche, l'attaque est calme, le vin est rond, sphérique. Calme plat comme sur un atoll. Pas de relief, rien ne dépasse. L'expression reste sur ces fruits jaunes. Tout est calme  doucereux, sucreux. Je suis désorienté. Il n'est pas mauvais, il se boit, le sucre est là, il ne fait même pas ses 12 ans... Il est sans âge.

              
Repost 0
8 février 2009 7 08 /02 /février /2009 10:35
A la belle robe dorée, succède un nez très beurré. Ce beurré ne nous quitte pas en bouche. Les arômes floraux et fruités se mêlent avec de la noisette, de l'aubépine dans un tourbillon de saveurs appréciées. Bu, il y a deux ans, je constate que ce vin s'est bonifié avec le temps. C'était le coup de coeur de la soirée.

A noter que les traces rouges sur la bouteille qui semblent décoratives, en fait sont des éclaboussures d'un Cahors 1998 qui s'était brisé au sol. Mais finalement, c'est presque joli ! C'est sans doute une belle illustration de la théorie du chaos.
Repost 0
8 février 2009 7 08 /02 /février /2009 10:31
Ce vin sarde découvert il y a plus de 10 ans maintenant me procure toujours autant de plaisir. La cave Sella&Mosca est sans doute l'une des plus importantes de Sardaigne. Peu importe: j'aime ce mélange de cannonau et de cabernet sauvignon. La cerise noire s'y exprime de manière intense pour un vin tout en douceur et solaire. Et il a encore un potentiel de garde !

Quelques verres de la dégustation de hier soir, déjà lavés ! Merci à mon épouse pour son excellent rendement !:)
Repost 0
8 février 2009 7 08 /02 /février /2009 10:28
Offert par Super Pingouin, nous redécouvrons ce cru carafé 4 heures au fruité franc matiné de garrigues. Il accompagne un délicieux magret de canard au cide et purée de céleri. Un vin au prix étudié qui est d'ailleurs subventionné par la communauté de communes du coin.

Repost 0
7 février 2009 6 07 /02 /février /2009 08:14
Presque par instinct, je vais immédiatement dénicher un Chateauneuf du Pape, un Cahors ou un Rousillon dans ma cave.

Je voulais bien goûter un Bourgogne, mais leur légèreté ne va pas aller de pair avec la force du magret.

De même, je vais opter plutôt pour un vin jeune (entre 2 et 5 ans).

J'apprends incidemment qu'il sera saucé avec une préparation à base de cidre artisanal. Cela pourrait bien changer la donne. Cidre ? Blanc ? Finalement, on restera sur un rouge "sudien". Voir plus haut !
Repost 0
7 février 2009 6 07 /02 /février /2009 08:03
Intriguant Côte du Rhône Maurice Avril, 2001.
Il est vendu à l'époque come CDNP déclassé. Il faut dire que son aspect monolithique de violette et de zan ne se dément pas avec les années. Et même s'il y a vieillit, c'est bien mieux que certains de mes châteauneuf du Pape.
C'est bien la grenache qui donne ce goût particulier ? Car la Syrah est dans un registre plus floral ?


Repost 0
3 février 2009 2 03 /02 /février /2009 20:31
Ce Pessac-Léognan offre une robe encore bien sombre et se trouve assez dominé par un boisé qui occulte quelque peu le fruit. Il est sage, avec un volume correct, doux dans sa finale. Facile à boire et agréable. Un vin moderne.
Repost 0
31 janvier 2009 6 31 /01 /janvier /2009 14:50
Voici donc ce Riesling 1998 M. GOETTELMANN à CHATENOIS (67) qui présente une robe or pâle. Son nez est sur les agrumes ce que confirme la trame en bouche avec en prime une pointe poirée et de banane (?).

Le devant de la scène est occupé avec brio par des notes d'hydrocarbures plaisantes. La finale saline complète ce Riesling qui a vraiment bien vieillit et avec la crème aux champignons et le thon, c'était un vrai accord-plaisir.

Payé sans doute moins de 24FF à l'époque, il témoigne que des Riesling alsaciens peuvent ainsi se garder et évoluer favorablement pendant 10 ans.

C'est vraiment une surprise sympathique procurée par la cave à vins !

Repost 0
25 janvier 2009 7 25 /01 /janvier /2009 21:18
Bienvenue dans un monde d'Absolus: absolument fût, absolument prune, absolument délicieux...Vraiment malgré le prix payé pour cette bouteille, on ne regrette rien car c'est un vrai délice ! A tel point qu'on en oublie l'extérieur de la bouteille gaîné de... cuir !Envoutant, on y décèle même de la pomme, de la poire, et tant d'autres arômes...Quel régal !

Repost 0
25 janvier 2009 7 25 /01 /janvier /2009 21:15
Petite digression sur la nouvelle voiture de nos visiteurs du jour, amateurs de Bourgogne:

Malgré la monte pneumatique d'hiver, la voiture reste belle:

Repost 0