Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
5 mai 2009 2 05 /05 /mai /2009 20:41
Bu un crémant de très belle tenue tout en finesse et un pinot gris 2005 construit sur une jolie texture dotée d'une grande tension ! Seul le côté floral/fruité est limité sans doute par manque d'aération.
Repost 0
3 mai 2009 7 03 /05 /mai /2009 17:50
Muscat, Humbrecht, Gueberschwihr, millésime 2000

Un muscat qui a bien vieillit et offre déjà peut-être le meilleur de lui-même avec sa robe discrète et son nez appétissant. Ce n’est qu’en bouche qu’il révèle son âge avec un côté mentholé léger mais agréable dans un cortège de fruits jaunes.

Saint-Joseph, Domaine Richard, millésime 2004

La robe est encore sombre et la première dégustation laisse une impression de manque de netteté. L’aération n’y fera pas grand chose de bizarre il passe au statut de buvable, sans plus, tant l’acidité est présente. La dernière bouteille bue était bouchonnée. Déception pour le moment sur ce vin.

Moulin de Gassac, Ghilelm, cuvée Aniane, blanc, millésime 2008


Ce vin du prestigieux domaine Daumas-Gassac le revendique : c’est la tradition qui prévaut. Alors à part sa belle étiquette (avec un motif (celtique ?) en léger relief) et son nom, que vaut vraiment ce vin ? Eh bien, sa robe très claire et son nez typique d’un blanc languedocien fait place à une bouche légère, mais fine sur les fleurs jaunes notamment avec une finale particulièrement intéressante qui se présente comme un sommet de notes plaisamment acidulées. Un vin certes simple mais tout en dentelle comme le dira une convive, beau paradoxe. Un vin très agréable à boire à l’excellent rapport qualité-prix.

Riesling Jean BECKER, Lerchenberg, millésime 2002

Quelle couleur ! Quel nez ! Et en bouche une merveille de citrus, de fruits jaunes plus généreux avec l’acidité qu’il faut. A la fois tendre et rigoureux, il vieillit à merveille. On adore toujours autant.

Saint Emilion Grand Cru, Lescure, millésime 1997


La couleur brune/rouille du disque laisse deviner une grosse évolution. Le nez sur le café confirme la tendance tandis qu’en bouche, c’est effectivement un vin légèrement réduit mais sur le tertiaire, la truffe, l’humus, qui est net et plaisant à boire. L’aération lui est bénéfique, la bouteille ne fera pas long feu.

Rosé, domaine de la Courtade, cuvée Alycastre, millésime 2007 (Ile de Porquerolles)


Cet Alsacien qui a choisit de faire du vin dans le sud le fait bien. Sur cette superbe île au climat idéal offre à la vigne un terroir de choix. Si la salinité est singulièrement absente du vin, les notes de framboises et de pétales de rose sont presque exacerbées dans un vrai rosé plaisir et délicat.


Gewurztraminer VT, Grand Cru Zotzenberg, A.WANTZ, Mittelbergheim 2005

Impossible de ne pas reconnaître le cépage tant il vous tance de ses primes caractéristiques olfactives ! Le sucre est un peu trop présent à mon goût et peut-être que ce vin doit encore un peu vieillir pour digérer son sucre.

ps: petit souci technique, je n'ai pas pu ajouter toutes les photos, désolé !
Repost 0
1 mai 2009 5 01 /05 /mai /2009 08:22
Voilà ce qu'on peut lire sur le blog d'Emmanuel DELMAS, somelier d'un prestigieux établissement parisien:

"Il existe UN plat, qui a toujours été L’ennemi du vin, ou du moins considéré comme tel…l’asperge."

Et en Alsace, le Muscat d'Alsace s'est toujours marié à merveille avec l'asperge ! Je dois vraiment avouer que cette réflexion me surprend.
Repost 0
30 avril 2009 4 30 /04 /avril /2009 17:12
Ce Lussac Saint-Emilion Château Terrien 1985 offre une robe évoluée mais encore sombre malgré le disque couleur rouille. Au nez c'est encore le fruit rouge qui est présent. En bouche, on sent l'âge mais l'évolution n'est pas flagrante à l'aveugle je lui donnais du 1995 ! Il est sur des notes empyreumatiques avec de l'humus, la bouteille est rapidement bue !
Alors je regarde l'étiquette de plus près, quel est donc ce viticulteur qui a fait un vin voilà plus de 23 ans et qui est encore si bon ?

Château Terrien ne me dit rien...Tiens c'est un vin signé...Jean Chenu. Dans ma mémoire cela fait référence à un infâme négociant dont le rendement est énorme...Eh bien ! N'empêche que ce vin a bien tenu la distance.

Seul regret: nous aurions du le filtrer car beaucoup de dépôt ce qui est bon signe, me semble-t-il.
Repost 0
30 avril 2009 4 30 /04 /avril /2009 16:44
Ce Riesling de Mittelwihr est d'une belle couleur or intense. Les notes d'agrumes sont très présentes mais également un côté oxydé. On aime ou pas, je trouve que l'oxy s'harmonise bien et lui donne une nouvelle facette. Néanmoins sans doute à boire.


Repost 0
30 avril 2009 4 30 /04 /avril /2009 16:40
Et voici un de mes GC chéris, le Schlossberg. Celui de la cave de Kientzheim-Kaysersberg est emblématique et c'est pourquoi je l'aime bien, surtout eu égard à son prix spécial obtenu cette fois. Derrière le citrus et le silex s'ammoncele une oxydation peu discrète, celui lui confère un côté vieux que j'affectionne.
Repost 0
22 avril 2009 3 22 /04 /avril /2009 20:47
Voilà un Poully fumé, vin du domaine Saget millésime 2007 qui m'a séduit: de sa robe bel or au nez silex, en bouche c'est impressionnant de droiture sur le pur pamplemousse avec un superbe fond de pierre. Strict mais envoutant, le feu et la glace mélangée dans une finale plus que correcte. Bravo !
Repost 0
Published by Philton - dans Restaurants etc.
commenter cet article
20 avril 2009 1 20 /04 /avril /2009 07:43
J'avais réalisé fin 2008 une interview de la jeune vigneronne, Caroline Eggenspieler parue ici même sous le titre "une vigneronne moderne":
http://mapassionduvin.over-blog.com/article-24503830.html

Tout récemment, elle m'alerte qu'un article est paru dans l'est viticole sans qu'elle ne fut jamais contacté et pour cause:  mon article a été repris quasiment mot pour mot par un certain Claude Muller dans l'Est Agricole et Viticole.

Et en effet, dans un article consacrée aux femmes vigneronnes en Alsace, je découvre une grande partie de mes mots, de mon travail repris sans vergogne et signé par un autre.

C'est moche de s'attribuer le travail de quelqu'un d'autre et c'est encore plus laid de se faire payer pour. J'espère pouvoir rencontrer ce monsieur pour qu'il s'explique. Je ne compte pas en rester là ! On ne peut pas ainsi  impunément voler le travail d'autrui !
Repost 0
19 avril 2009 7 19 /04 /avril /2009 20:41
Ce muscat de chez Hurst, 2004 GC Brand dans sa cuvée Aurélie a su évoluer avec bonheur. Je l'avais goûter plus jeune: il était austère. Le voilà désormais plus épanoui: Sa superbe couleur dorée est une bonne entrée en matière pour ce vin gras, fruité et délicat ! Désolé pour l'étiquette qui a un peu souffert:
Repost 0
Published by Philton - dans Restaurants etc.
commenter cet article
19 avril 2009 7 19 /04 /avril /2009 20:39
Le bouchon faisait un peu peur car il était entièrement imbibé mais il faut avouer que ce Riojas Campillon 1993 était très bien encore tout en puissance avec un nez sur le jus de viande et une bouche giboyeuse.
Repost 0