Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
18 septembre 2016 7 18 /09 /septembre /2016 18:41
Bourgogne, Saint-Aubin 1er Cru, les Combes, 2002, Blondeau-Danne

Saint-Aubin 1er Cru, les Combes, 2002, Blondeau-Danne

Les Blondeau-Danne ont malheureusement vendu leur domaine. Reste cette bouteille de 14 ans déjà mais à son apogée : on voit que le vin prend une teinte légèrement rouille, preuve de son évolution. Au nez des arômes sylvestres s’imposent également peu à peu. En bouche le tertiaire et le côté fruité se partage harmonieusement une bouche très typique de la Bourgogne ; un très beau vin.

Repost 0
Published by Philton
commenter cet article
18 septembre 2016 7 18 /09 /septembre /2016 18:17
Riesling, Cœur d’automne, 2003,Raymond Schmitt, Epfig

Cet Alsace VT qui ne dit pas son nom offre au cépage roi, de magnifiques couleurs intenses tout comme ses parfums d’agrumes dont les 13 ans du breuvage laissent peu à peu la place à des notes terpéniques prononcées. Un beau riesling en surmaturité à boire.

Repost 0
Published by Philton
commenter cet article
11 septembre 2016 7 11 /09 /septembre /2016 10:42
Alsace, Pinot Gris 2001, GC Mambourg, Vignerons de Kaysersberg

Une belle étiquette pour un bien beau vin largement à maturité qui possède une très belle palette aromatique de grande intensité ! 15 ans plus tard, il était temps de le déguster.

Repost 0
Published by Philton
commenter cet article
11 septembre 2016 7 11 /09 /septembre /2016 10:35
Bordeaux, Château Rambaud, blanc, 1990

Daniel Mouty, créateur du célèbre château Du Barry en rouge, nous offre encore une merveille mais en blanc cette fois. Un vin sans mention de grand cru et autre artifice et pourtant quelle puissance aromatique pour ce 1990, soit 26 ans d'âge avec une certaine tempérance mais vraiment bravo Rambaud !

Repost 0
Published by Philton
commenter cet article
29 août 2016 1 29 /08 /août /2016 11:45
Hubert Blumstein, caractères d'ailleurs, Pinot Gris 2011

Vinifié comme un blanc bourguignon, soit en fût de chêne pendant une durée conservée secrète, ce vin offre une puissance exceptionnelle et une intensité dignes de bons Bourgognes ! Evidemment, il se targue de notes vanillées mais également beurrées qui en font un vin de pure gastronomie. Bravo au domaine Blumstein pour cette belle réussite !

Repost 0
Published by Philton
commenter cet article
29 août 2016 1 29 /08 /août /2016 11:42
Riesling 2015 Sperry

Ce domaine racheté par Hauller qui s'étend largement est tout à fait correct: on dirait un bonbon acidulé en bouche. Sa minéralité est réelle. Je lui trouve tout de même une petite acidité contrariante.

Repost 0
Published by Philton
commenter cet article
29 août 2016 1 29 /08 /août /2016 11:40
Crémant Brut Sperry

Cette maison a été racheté par Hauller à Dambach-La-Ville. Ce crémant atteste d'une belle maîtrise dans le domaine: un crémant vif aux bulles alertes et fines ainsi qu'une réussite en bouche également: quasi vineux, il est sur quelques notes beurrées comme pourrait l'être un champagne. Bravo !

Repost 0
Published by Philton
commenter cet article
23 juillet 2016 6 23 /07 /juillet /2016 15:52
Cornélie
Cornélie

Il est vrai que le Haut-Médoc tient une place particulière dans mon palais...Mais c'est en toute objectivité que ce vin est testé une fois de plus. La dernière fois, il y a déjà quelques années ( 3 ans ?), je l'ai trouvé si peu bavard et fermé que j'en fus resté bouche-bée. Ce bébé Grisardien, porté au firmament, par la troupe d'élite de la légion LPVienne, pouvait-il ainsi être aussi désobligeant ? Et bien ce jour, le 2009 de Cornélie me parle...d'un doux murmure que son nez susure à mes narines délicats (sic) puis à ma bouche, il perle de son humeur généreuse qui déborde d'énergie et de vie: si fruité (en rouge), si déraisonnable (charnu et puissant), il invite au pire, à le finir, comme cela, sans prévenir.

Car il est au sommet de son art, le père Grisard, avec ce Cornélie 2009, Un Haut-Médoc, oui ! Un vrai. Un bon.

Repost 0
Published by Philton
commenter cet article
14 juillet 2016 4 14 /07 /juillet /2016 18:42
Pension Elisabeth à la Vancelle: Tout simplement bon
Pension Elisabeth à la Vancelle: Tout simplement bon

La pension Elisabeth, nichée en haut du village bucolique du Val d’Argent, a toujours été dans l’ombre de la célèbre Auberge du Frankenbourg. Il y a une bonne dizaine d’années, un ingénieur avait repris la pension pour en faire un établissement élitiste avec force cuisine moléculaire et autres techniques avant-gardistes. Malheureusement, l’affaire n’a pas tenu. Après une période de flottement, c’est un cuisinier qui a remis les couverts épaulé par Mathilde, sa compagne. Objectif : une cuisine simple mais pas simpliste avec des produits de qualité. Eh bien, l’objectif est tenu. J’en veux pour preuve mon jambonneau au munster. La viande est une belle pièce charnue et gouteuse nimbée de crème au munster : mais attention, pas question de s’étouffer non plus même si les portions sont généreuses !

Le dosage est subtil et permet de ne pas tomber dans le piège du munster saturateur. Les petites pommes de terre servies avec sont juste parfaites : une pointe de gros sel, de thym…Et c’est le bonheur comme ce petit flanc aux carottes et la petite tomate farcie. Franchement, cela a l’air tout simple mais quand c’est bon…c’est du bonheur !

La bouchée à la reine n’est pas en reste et fait preuve des mêmes qualités ainsi que la brochette de gambas. Tous les plats sont ainsi classiques et je suppose du même acabit. De ce fait, la carte est limitée et sans chichi.

Petit bémol, les amateurs de vins ne seront peut-être pas à la fête : en tout cas je n’ai pas vu trace d’une carte des vins et les commandes se limitent à un pinot noir, un vin tel…sans nom de vigneron et encore moins de millésime.

On va ainsi tester les desserts : La classique Dame Blanche est une autre preuve de la qualité de la maison : généreuse et bien faite même si j’encourage à changer de fournisseur en glace (carte d’or, c’est franchement pas le top…).

Le décor est rustique mais chaleureux très alsacien avec de belles nappes en Kelche. Le personnel est à l’avenant de la patronne aux serveuses. L’ambiance est agréable et bucolique et les plats un vrai bonheur. Bravo !

La Vancelle recueille ainsi dans son écrin de verdure deux établissements qui chacun dans son genre excellent de façon complémentaire. Comme si à l’écart des sites touristiques d’envergure et de la sacro-sainte Route du Vin, la magie alsacienne pouvait finalement opérer tout aussi bien sinon mieux…Remarquable !

Repost 0
Published by Philton
commenter cet article
7 juillet 2016 4 07 /07 /juillet /2016 20:19
Labouré Roi, Rosé, Cuvée des Princes 2015

Mythique producteur, ce rosé a été servi aux compétiteurs de l'Eurovision 2016 !

Sa robe est magnifique presque irréelle avec son côté pastel. Le nez est déjà expressif sur des notes de framboises. La bouche offre une très belle puissance de pétales de roses associée à une minéralité qui lui confère une grande buvabilité. Bravo.

ENglish version as asked by Finns, Swedish, Norwegian, Polish, Russian, UK and US ppl:

Legendary producer in the Burgundy, the Rosé Wine from Labouré-Roi was offered to the Eurovision 2016 -song contest- singers.

Fabulous pastel look with an expressive nose tiring over berries. In the mouth, the wine is powerful with roses and a great minerality letting it drink very easily.

Repost 0
Published by Philton
commenter cet article