Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
11 octobre 2008 6 11 /10 /octobre /2008 17:18

En prémice à un futur article de présentation de cette jeune vigneronne tout nouvellement installée, j'ai pu goûter au pinot noir, léger et grenadin. Plus concentré et charpenté, le Rouge d'Otrott (est un vin plaisant et bien équilibré. Je n'ai pas pu faire de photos.

Repost 0
6 octobre 2008 1 06 /10 /octobre /2008 20:53
Cette bouteille vieillit tranquillment en cave depuis des années...Et puis je me suis dit, "allons-y !"...Ce Crozes-Hermitage de VIDAL-FLEURY à AMPUIS du millésime 1999 a offert une robe encore jeune et des arômes de confiture de fraises,et de compote de prunes...Il était relativement costaud encore.

Ce viticulteur existe-t-il encore ?
Repost 0
6 octobre 2008 1 06 /10 /octobre /2008 19:22

Dans la famille des vins agréables, je demande le tokay pinot gris 2001, Cuvée de la Libération (laquelle?) de la cave de Kientzheim-Kaysersberg (A. BOecklin, de nos jours...).

Sa couleur opaline mais d'or néanmoins fait plaisir à voir tandis que ses arômes d'abricots et de zeste de citron soutiennent une belle construction de l'ensemble même si on peut lui reprocher un tout petit excès d'acidité et également un tout tout début d'oxydation...

Je me pose juste une question sur un millésime 2001: quelle libération fête-t-on ?
Repost 0
5 octobre 2008 7 05 /10 /octobre /2008 21:17

Voici un aperçu en images de mes achats en FAV cette année:

Il s'agit du carton de Sainte-Gemme...Et de la caisse bois Rollan de By qui n'en contient pas...:)












Il m'avait l'air sympa...à lire la RVF (c'est le rouge), j'ai donc pris une caisse...


un peu de Bourgogne des Hospices...Inconnu au bataillon...







Voilà un petit aperçu j'attends vos commentaires!
Repost 0
5 octobre 2008 7 05 /10 /octobre /2008 21:14

 A Châtenois, le vin nouveau pétillait légèrement en cette belle journée d'octobre. Mais sa sucrosité et son fruité accompagnaient savoureusement une assiette de lard et de noix fraîches !

Repost 0
Published by Philton - dans Restaurants etc.
commenter cet article
1 octobre 2008 3 01 /10 /octobre /2008 20:00

Star médiatique et donc particulièrement des foires aux vins supermaketales, encensé de tous, Ce Médoc a été dégusté après un carafage de trois heures. Eh bien, le bois domine bien un vin jeune où seul le nez est finalement agréable avec des notes de myrtilles qui tournent rapidement au cassis flambant neuf.

Ce n'est pas très agréable à boire, tout ce bois.

Deuxième jour de carafe: le constat est sensiblement identique.


Troisième jour en carafe: Incroyable ! Le bois s'est fondu laissant la place à un vin plutôt agréable sur le cassis, un peu de groseille et de myrtille. De la cerise et une note poivrée donc du vrai fruit même s'il reste timide en raison de son jeune âge. Cette évolution en carafe est intéressante.

 

 

 

Repost 0
30 septembre 2008 2 30 /09 /septembre /2008 20:30



Toujours à l'occasion de cette fête, j'ouvre un magnum de crémant d'Alsace André DUSSOURT (Scherwiller) millésimé 1999. Le couloir central présente une belle finesse de bulles réunies en une myriade parfumée. La bouche est très plaisante avec une finale longue. Le vin est sec et pourtant dégage de belles notes parfumées de fruits blancs et fleurs associées. La bouteille a beaucoup plu, unanimement.

 

Cet Aloxe Corton 2000 du Domaine KLEIN a failli passer dans l'évier tant à l'ouverture il sentait le bouchon. Mais après aération, tout s'est évaporé comme par miracle. C'est étonnant, une telle métamorphose. Sans doute était-ce une odeur initiale trompeuse...Car finalement il se révèle certes évolué comme en témoigne sa robe tuilée mais ses quetsches compotées et ses épices puissantes de milieu de bouche le rendent bon à boire quoiqu'évolué. Il n'aurait sans doute pas tenu deux ans de plus.

Repost 0
Published by Philton - dans Restaurants etc.
commenter cet article
29 septembre 2008 1 29 /09 /septembre /2008 19:45

En cette très belle journée d'octobre, annonciatrice de belles vendanges en Alsace, je souhaite ouvrir un tokay pinot gris pour accompagner une salade gourmande (noix, gésier, confit...). Au dernier moment, dans ma cave (c'est cela aussi la magie d'une cave à vin), je rencontre par le plus grand des hasards, un Bordeaux blanc...

Sans conviction, je me dis, allez changeons un peu !

Ce Château Tour de CALENS, 2002, Graves, blanc m'est quasiment inconnu. Acheté au salon des vignerons indépendants, je n'ai pas eu l'occasion réelle d'en goûter.

Eh bien ce vin est une pure merveille ! La belle robe or (cf. photo) laisse ensuite la place à un nez sublime dominé par la clémentine ou la mandarine (merci à mon épouse pour sa juste analyse olfactive). Mais c'est tellement plaisant que c'est à peine croyable :

La bouche est sphérique, pleine, grasse mais sans lourdeur aucune. Je pense à un élevage en fût mais totalement harmonieux, pas dominant mais complément utile de la mise en valeur toujours des agrumes et notamment de la clémentine avec une note secondaire sur le citron voire le citron vert qui complète vraiment de manière harmonieuse un fruité agréable comme si on retombait en enfance avec une vraie gourmandise !

Si je tenais le vigneron qui a fait ce vin, je ne pourrais faire qu'une chose: le serrer dans mes bras !


La photo est un peu floue...Mais pas le vin, qui est admirable !
Repost 0
Published by Philton - dans Restaurants etc.
commenter cet article
27 septembre 2008 6 27 /09 /septembre /2008 11:59

La cuvé Mythique 2006....En terme de marketing, ça en jette ! "Mythique !" Appeler ainsi un vin c'est presque l'appeler PETRUS ! Sauf que c'est du Languedoc...Je goûte donc ce vin composé de carignan, mourvèdre, grenache et syrah. Ce sont des vignerons qui mettent en commun leurs meilleures micro-cuvées. La robe est sombre, le nez prometteur et la bouche déclare une belle composition ronde et fruité. Je sens la violette du grenache et du carignan aussi, la cerise est présente et surtout une finale qui est très agréable (prune ?) et plutôt longue en considération de la jeunesse de ce vin très facile à boire.

Au fait, la bouteille coûte 5,99€. Je n'aime pas parler du prix du vin car cela renvoit à l'affreux concept média à la mode "pouvoir d'achat"...Mais là il faut avouer que c'est un rapport prix plaisir qui me permet de dire qu'on peut se faire plaisir encore sous 6€ !

Le SAint-Chinian 2006 le Roc de Tejedor est un peu plus léger et souffre de la comparaison. Mais il n'est point à dénier ! Même à ce quasi-vil prix !

Repost 0
24 septembre 2008 3 24 /09 /septembre /2008 18:38

Eh oui, c'est la leçon à tirer de ce  Haut-Beychevelle Gloria 2000 qui m’interpelle.



Mon premier réflexe est de penser qu’il s’agit du second vin de Beychevelle mais j’ai un doute…Evidemment il pourrait l’être pour Gloria.













Finalement, ce n’est ni l’un ni l’autre, même s’il fait partie de la mini constellation Martin, également propriétaire de Gloria. Mais il s’agit de 5 hectares à part de ce Saint-Julien de bon aloi, policé et bien comme il faut. Eh oui ! On le répétera jamais assez : méfiez-vous nous des noms et des étiquettes en général.
























                                 Prestation grand luxe pour ce cru de garage...


Sur la pièce de bœuf, le Montagne Saint Emilion Cazelon 1994 assure la direction avec une constitution plus charpentée, malgré son âge plus avancé et sa finale de tabac très intéressante.


























Des bouchons longs pour ces deux Bordeaux...

Mais remontons un peu le temps car l'entrée était accompagnée d'un  Saint-Véran Faiveley 2005 avec sa touche de lactose, son gras sans lourdeur, ses agrumes légers et sa droiture noble (grâce à sa minéralité) nous a séduit sur une belle tranche de saumon fumé.




Le Croze Hermitage Guigal 2006, lui, est encore très jeune et fauve. Un peu débridé et vivace, il se stabilise un peu et le côté végétal laisse enfin un peu de place à un  fruité comme le melon blanc. Le soleil est présent même si la sensation de lourdeur est atténuée.

 Un CDR Guigal 1998 (rouge) témoigne de la belle capacité de vieillissement de ce cru simple qui laisse apparaître néanmoins un dépôt important. Il reste toutefois nettement plus avancé que le Montagne Saint-Emilion Cazelon, pourtant de quatre années son aîné.

Mention pour le champagne Perrard Blanc de blanc qui fait partie des bouteilles (je ne puis les citer toutes) qui ont conclu cette journée avec aussi un marc dit "Provençal" dont je vous parlerai une autres fois...

Repost 0
Published by Philton - dans Restaurants etc.
commenter cet article